24 juillet 19 – De Sicuani à Aguas Calientes – 26 km (2892 km) – J111

Il a plu un quart d’heure cette nuit. Quand nous nous levons ce matin, tout est sec. Nous sommes surpris vue l’humidité d’hier soir.

Maman n’a pas bien dormi. Nous prenons le petit-déjeuner à côté de la tente, les personnes du restaurant ne sont pas encore levées.

Nous plions tout, allons faire un coucou à nos voisins, disons au revoir et partons. Il est déjà 10h00 mais ce n’est pas grave, nous n’allons pas très loin aujourd’hui. Nous avons environ 25 km à faire.

Il fait froid aujourd’hui. Le temps est menaçant. Le vent est bien présent, heureusement, nous l’avons dans le dos. Ce sont toujours les mêmes paysages mais nous les apprécions quand même. Nous avons du soleil, du grésil, des gros nuages, de la pluie… Mais globalement, il ne fait pas très beau. Le vent est glacial…

Ici, les toilettes sont en taule et bleus. En passant dans les différents villages depuis plusieurs jours, nous avons remarqué qu’ils installent à tout le village les mêmes toilettes. Les couleurs et les matériaux sont différents à chaque fois. Ça donne un style !

Après avoir parcouru une vingtaine de kilomètres, Maman a un gros coup de mou. Elle voudrait manger au chaud dans un restaurant ce midi mais il n’y a rien sur la route. Nous finissons par trouver une tienda et achetons des gâteaux et une boisson gazeuse à la pomme au goût douteux. En fait, nous sommes bientôt arrivés ! Nous espérons qu’il y aura des restaurants aux bains.

13h00, nous voilà arrivés. Le vent souffle encore plus fort ! Un homme nous interpelle pour nous faire rentrer les vélos dans l’enceinte. Nous allons pour payer, il nous propose une chambre pour dormir. Nous pensons camper mais avec le vent et la pluie qui revient régulièrement, nous doutons… Nous verrons plus tard. Pour le moment, nous allons manger au restaurant. Ce n’est pas donné… Nous essayons de nous réchauffer sans grand succès… Nous espérons que les bains seront chauds.

Nous décidons finalement de prendre une chambre. Le confort est sommaire. Il y a juste 3 lits, des toilettes partagés. Nous ferons avec. Pour le moment, nous mettons les maillots de bain et allons aux bains. Un peu partout, nous voyons de l’eau avec beaucoup de bulles. Elle semble bien chaude !

Nous nous retrouvons dans des bains privés familiaux. L’eau est brûlante, nous ne parvenons même pas à tremper les pieds plus de 30 secondes ! Un responsable passe, il nous demande si tout va bien. Maman lui dit que l’eau est beaucoup trop chaude, il va fermer l’arrivée d’eau chaude. L’arrivée d’eau froide n’a pas un énorme débit, le bassin va mettre longtemps à refroidir. Les parents parviennent à rentrer dans l’eau mais c’est vraiment trop chaud pour les enfants. Nous ne voulons pas qu’ils se brûlent. Ils sont déçus…

Maman accompagne Martin aux toilettes, ils en profitent pour aller essayer un des bains extérieurs. Il est annoncé à 39°. Ils se trempent, c’est la température parfaite pour les petits ! Nous allons donc migrer dans ce bain là. Ils retournent chercher Papa et Lucas. Maman retourne quand même dans le bain très chaud, il est quand même bien agréable une fois qu’on a réussi à y rentrer.

Martin et Lucas profitent enfin du bain, ils se tiennent au bord, nagent, jouent au ballon que d’autres enfants avaient amené.

Au moment de sortir, nous nous apercevons qu’ils se sont coupés les orteils. C’est sûrement en se tenant au mur et en poussant avec les pieds. Ça gâche un peu la fin du bain… Nous nous changeons et allons “au chaud” dans la chambre. Nous prenons le goûter et nous occupons des pieds des enfants. D’ailleurs, il y a quelques jours, nous nous sommes rendus compte que Lucas avait des verrues… Nous essayons de les soigner avec les huiles essentielles.

Les enfants jouent, les parents jettent un œil sur le lonely planet de la Bolivie. Nous décidons d’aller à coté boire une tisane et manger un paquet de biscuits et des pommes. Nous n’avons pas très faim.

Presque à la fin du “repas”, le restaurant se remplit d’hommes et de femmes. Ils installent des tables pour les hommes et des matelas par terre pour les femmes. C’est assez bizarre, nous sommes intrigués. Nous nous sentons de trop et ne traînons pas.

Nous couchons les enfants et ne tardons pas à faire de même. C’était une toute petite étape, mais nous sommes fatigués. C’est sûrement à cause du froid. Nous sommes repassés à 4000 m d’altitude et allons osciller entre 3800 et 4300 dans les prochains jours. Si le mauvais temps se maintient, les prochaines journées et bivouacs vont être froids…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Corinne Crézé dit :

    Hello l’équipée
    C’est toujours un plaisir de vous lire le matin en arrivant au boulot. On se croirait dans la saga de l’été 🙂 Les petits détails et anecdotes sont sympas, car on a l’impression de passer un peu de temps avec vous. Mais c’est bizarre … nous, on n’a pas mal aux jambes et, que le vent soit de face ou de dos, les photos sont toujours aussi chouettes ! 😀
    Bonne continuation à vous !
    Je ne manquerai de vous relire en rentrant de vacances.
    Bises à tous les 4
    Corinne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.