17 juin 19 – Chavín de Huántar – J75

Comme à chaque jour de repos, les enfants sont réveillés avant 7h00… Nous décidons d’utiliser la télévision pour pouvoir rester au lit, elle ne fonctionne pas, c’est raté ! Nous allons nous renseigner, c’est en fait un câble de l’antenne qui était mal branché. Résultat, nous avons dû nous lever. Nous traînons quand même un moment au lit avant de sortir prendre le petit-déjeuner, café, pain, beurre et confiture. Tout est prévu pour que nous puissions jouer au morpion avec les enfants. Il y a aussi un labyrinthe que Martin réussit en un temps record et de tête !

Nous faisons ensuite un tour en ville, il n’y a pas beaucoup d’animation. Nous sommes à la recherche d’une boulangerie. On nous indique une rue, mais arrivés au bout, nous n’avons rien trouvé. Nous redemandons, c’est bien dans cette rue. Impossible ! Nous refaisons la rue, redemandons. Juste à côté ? Ah oui ! Ça y est, nous la tenons ! Le pain est très bon !

La boulangerie est là, sur la gauche !

De retour à l’hôtel, Papa fait une lessive. Maman appelle Papi et Mamie avec les enfants, mais Papi est parti faire un tour de moto. Nous appelons ensuite Drice et Cassie. Ça nous fait plaisir de les voir ! Nous réussissons à avoir Papi ! Nous essayons Kyan et Lalie mais c’est un échec. Martin et Lucas sont devant Disney Junior qui diffuse Frère des ours. Maman s’occupe de petits trucs à traiter sur internet.

Il est vite midi et nous sortons déjeuner. Ce sera des brocolis saltado pour Maman, ça faisait longtemps que l’assiette n’avait pas été aussi verte ! Nous enchaînons avec des gâteaux achetés à la boulangerie.

Après le restaurant, nous voulons aller aux bains. L’eau est à 40° et est très bonne pour les douleurs musculaires. Ça fera sûrement du bien à Maman qui a toujours mal suite à sa chute. Ce n’est pas très loin mais nous allons prendre un moto-taxi pour le bonheur des enfants ! Vu le bruit, on dirait que nous allons à fond, mais pas du tout 🙂 Nous arrivons sous une grosse averse. Décidément, le temps, ce n’est pas ça en ce mois de juin…

Ce sont en fait des bains personnels répartis dans des pièces exiguës et sans fenêtre. C’est dommage car le cadre est plutôt chouette ! Il n’y a personne d’autre que nous. Nous rentrons et devons ouvrir une vanne pour remplir le bain, l’eau est bien chaude, ça fait vraiment du bien. Les enfants font les fous, dur d’en profiter au calme… Normalement, nous avons droit à 20 minutes mais nous restons quasiment une heure.

Nous profitons de l’occasion pour prendre en photo notre super bronzage de cycliste !

Quand nous sortons, il y a la queue ! Le bain nous a crevé ! Nous remontons les marches et restons au bord de la route, nous attendons un moyen de transport. Ce sera un taxi collectif, un toyota corolla break, le modèle unique que nous voyons depuis la frontière. Il y a déjà deux personnes à l’arrière mais nous nous entassons. Ça nous coûte deux fois moins cher que le moto-taxi, soit S/3 🙂

Pour le goûter, nous prenons un café dans un restaurant. Nous l’accompagnons de gâteaux de la boulangerie. Les enfants sont ravis. Nous passons acheter des fruits et des légumes pour demain. Nous partirons peut-être après la visite des ruines, si le temps n’est pas trop mauvais, et nous bivouaquerons dans la montée. Nous retournons à l’hôtel. Papa nettoie le réchaud, Maman range les affaires et tente de faire une boîte à œufs. Vu l’humidité, le linge de ce matin n’est pas encore sec. Les enfants larvent devant la télévision puis jouent avec les ballons que Maman a déniché la veille dans une tienda.

Nous apprenons que Jeff et Olivia ont dû mettre fin à leur voyage pour raison familiale. Nous sommes déçus pour eux 🙁 De notre côté, nous réfléchissons à la suite. Nous allons tenter de faire la piste du glacier Pastoruri. Il nous faut essayer sinon nous allons le regretter. Puis, après La Union, nous ne savons pas encore si nous prendrons un bus comme les Eveil Nomade pour rejoindre Huánuco (la route est en travaux) et encore un bus pour Cerro de Pasco (la montée est très longue et pas forcément intéressante). La piste qui rejoint directement Junin semble ce coup-ci en trop mauvais état pour nous… Nous avons encore le temps de voir de toute façon.

Pour le dîner, nous retournons manger dans le restaurant de ce midi. Nous prenons des pâtes avec une soupe. Les enfants dévorent. Nous rentrons à 20h00, sonnons à l’hôtel et personne ne nous ouvre… Une femme passe dans la rue et nous dit que tout le monde est parti en urgence à l’hôpital, la fille de la gérante aurait eu un accident. Euh… Oui mais, comment on fait nous ? Elle nous dit qu’elle va voir si quelqu’un a les clés. Ce serait bien en effet… Quelques minutes plus tard, une dame plus âgée arrive, c’est la tante de la gérante, elle a un double qu’une autre fille amène. Ouf ! Nous pouvons rejoindre notre chambre pour la nuit.

Les enfants sont durs à gérer ce soir. C’est sûrement la fatigue. Nous réussissons à les coucher puis nous couchons à notre tour !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.