29 août 19 – D’Alcaya à Saytoco – 27 km (4135 km) – J148

Nous avons très bien dormi dans l’entrée du centre, il faisait bien chaud. Nous pouvions voir les étoiles par les fenêtres. Nous prenons le petit-déjeuner bien installés à table.

La vieille dame passe pendant que nous rangeons les affaires, elle s’assure que nous allons bien partir. A 9h45, nous sommes prêts, ayant décidés de ne pas aller se promener pour voir les chullpas et autres bébés momifiés. La vieille dame n’est pas chez elle, tant pis. Sur la route dans le village nous croisons une voiture. Elle s’arrête à notre hauteur, une dame descend et s’empresse de nous arrêter. Elle nous demande de payer la nuit au centre en nous expliquant qu’il s’agit d’un hôtel. Elle demande B$50. Nous lui expliquons que nous avons juste dormi dans l’entrée. Dans le même temps, la vieille dame arrive. Ils sont plusieurs à nous demander des sous. Nous finissons par leur donner B$30 pour les dédommager. Ils sont contents avec ça, et nous établissent une facture, pour la comptabilité de la communauté.

Nous pouvons enfin partir. Nous attaquons par une belle petite montée, courte mais intense ! Les lamas nous regardent passer.

Une fois au col, nous pouvons voir Salinas et le salar d’Uyuni.

Nous attaquons la descente pour rejoindre la petite ville, nous y faisons des courses pour les prochains jours et reprenons notre route.

C’est parti pour Tahua. La piste est de la $ù%&é de tôle ondulée. Maman sature, elle en a déjà marre…

Nous faisons une pause déjeuner rapide, nous avons trouvé du pain, mais il n’est pas fameux… Puis nous repartons au rythme des boum boum de la tôle. Nous atteignons la bifurcation pour passer soit à gauche, soit à droite du volcan Tunupa. Il est magnifique d’ailleurs ! Nous optons pour la droite, c’est plus court.

Voilà une ligne droite sableuse, même très sableuse… La galère commence, il nous faut pousser, pousser de toutes nos forces pour avancer ! Une camionnette arrive, nous faisons des gros efforts pour nous enlever du milieu de la route. Les passagers nous font coucou, ce sont des touristes. Incroyable ! C’est le couple suisse que nous avions rencontré deux fois en Equateur ! Nous discutons un bon moment, Martin et Lucas visitent leur fourgon, puis nous nous séparons à nouveau. Peut-être nous reverrons nous à Uyuni.

Nous recommençons à pousser, les parents saturent. Mais nous ne pouvons pas nous arrêter ici et de toute façon, autant finir cette galère aujourd’hui. Un dernier (gros) effort et nous voilà au bout de cette ligne droite.

Maman décide de s’arrêter dormir un peu plus loin à côté d’une école. Elle est crevée et refuse de faire la dernière montée, il reste plus de 10 km jusque Tahua et il est déjà 16h30. Ce sera pour demain. Papa reconnaît qu’il est fatigué aussi et qu’il en a marre. Espérons que nous pourrons quand même rejoindre l’île Incahuasi demain.

Nous prenons un bon goûter, montons la tente et faisons à manger. Ce soir il ne fait pas froid, il est encore tôt et nous pouvons manger dehors. Nous terminons le dîner avec la nuit qui arrive. La nuit va sûrement nous faire le plus grand bien.

Zut, en rédigeant l’article, Maman remarque que la dalle de l’ordinateur a des pixels plus lumineux en plein milieu. L’ordinateur a dû prendre un coup. Espérons que ça ne va pas s’empirer…

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Romain dit :

    Vous souffrez de la tôle ondulée, et je le comprend.

    Mais les vélos, ils doivent souffrir aussi, non ?

    • Roulez Doudous dit :

      Les vis se dévissent ! Il nous faut faire attention.
      De même, les vis des sacoches ont tendance à vouloir se faire la malle…
      Sinon, aucun problème 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.