21 février 20 – De San Rafael à Maldonado – 23 km (10103 km) – J324

La nuit a été très fraîche. Vers 3h00, il nous a même fallu sortir les duvets ! Heureusement qu’ils n’étaient pas restés à Buenos Aires…

Nous n’avons pas beaucoup de kilomètres de prévus aujourd’hui alors nous n’avons pas mis de réveil. Manque de chance, Lucas se réveille à 6h40 (et bien sûr, nous pouvons être sûrs qu’il sera dur à réveiller demain…). Pffff ! Nous faisons appel à la fabrique pour dormir encore un peu puis finissons par nous lever.

Il pleut par intermittence mais jamais très fort. Nous prenons le petit-déjeuner sur l’emplacement d’à côté qui dispose d’un bel abri. Nous prenons notre temps et sommes prêts à partir un peu avant midi. Le vent est toujours là…

Nous traversons un quartier résidentiel et rejoignons la route qui longe l’océan. Ouch, ce n’est pas une bonne idée. Il y a un vent a décorner les bœufs, sablage offert! Nous tentons d’avancer un peu mais ce n’est pas agréable du tout. Maman décide de passer par derrière, au milieu des maisons. Très bonne idée, le vent y est moins fort, les voitures sont moins nombreuses, parfait !

Nous arrivons dans le centre, les maisons sont remplacées par des grands immeubles. Nous nous dirigeons vers les fameux doigts qui sortent de terre. Avant, ils émergeaient du sable, maintenant, ils sortent du béton mais ça reste sympa à voir. Ici aussi, le vent souffle fort, les vagues déferlent sur la plage, il n’y a personne dans l’eau, rien de surprenant…

Le phare est notre seconde étape. Nous avons une cache à faire là-bas. Nous y accédons en traversant la péninsule. Les rues sont animées, il y a de nombreux magasins. Le phare se dresse, au milieu des maisons. La boîte est vite trouvée, nous faisons quelques photos.

Pour revenir en ville, nous décidons de passer au bord de l’eau, nous aurons le vent dans le dos. Nous allons d’abord au bout de la péninsule. Le vent souffle très très fort, il y a de l’écume qui vole de partout, c’est impressionnant !

Nous partons sur la route, le vent nous pousse et les vagues nous mouillent ! Elles sautent par-dessus le muret ! Maman et Martin finissent trempés !

Le déjeuner est pris au burger king (à 14h00…). Oui, les fast-food ce n’est pas bien mais nous avions la flemme de préparer à manger et de trouver un endroit à l’abri et encore plus la flemme de chercher quelque chose qui plairait à tout le monde… Et puis, les enfants sont contents…

Au moment de partir, le téléphone tombe du vélo. Il fonctionne toujours bien mais l’attache est morte. Et ne faire confiance qu’à l’aimant nous semble joueur… Tant pis…

Nous prenons la direction de la maison d’Eric en longeant la côte. Bonne surprise, globalement, le vent nous pousse. Du coup, ça va assez vite. Une petite pause pour faire une cache, quelques courses et hop, nous y sommes.

Nous sommes très bien accueillis, son jardin est parfait. Il vient de Floride et vit depuis 7 ans ici. Il voyage depuis qu’il est tout petit et c’est tout naturellement qu’il accueille les gens dans son jardin. Un couple brésilien, Marilia et Fernando en van nous rejoint. Ils ont 80 jours de vacances avec comme destination Ushuaia. Ils trouvent l’Uruguay très cher (à juste titre) et vont le parcourir rapidement.

Nous prenons notre dîner et allons nous coucher. Ce soir, nous sortons directement les duvets. Il fait un froid de canard, nous regrettons presque d’avoir laissé nos doudounes à Buenos Aires…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Papy Christian dit :

    super juste il manque e petit doigt 🤣🤣🤣🤣
    bisous à vous quatre
    papy Christian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.