4 mai 19 – Bilan – 1er mois de voyage

Cela fait déjà un mois que nous sommes partis. Nous voulons donc faire un premier bilan !

  • 651km avec un dénivelé de 11000m d’après le compteur vélo et 14400 d’après ridewithgps (la vérité doit se situer entre les deux)
  • 20 jours roulés
  • 8 jours de “repos”
  • 1 jour d’avion
  • 1 jour avec un trajet en bus pour nous avancer de 55km (Baños – Riombamba)
  • 3 pick-up pour 3 montées trop difficiles (dont une que Papa a quand même fait, allégé de toutes les sacoches et du petit copilote !)

Pour l’hébergement :

  • 4 nuits en casa de ciclistas
  • 11 nuits chez les pompiers
  • 2 nuits chez un prêtre
  • 2 nuits en camping
  • 5 nuits en bivouac
  • 6 nuits en hôtel

Dans l’ensemble, ce mois a été difficile. Les dénivelés sont importants, les pourcentages aussi ! Il a fallu se roder (et le rodage n’est pas terminé). Nous avançons moins vite que ce que nous pensions, mais nous prenons notre temps. Nous aurions pû prendre plus de bus, mais nous avons décidé de rouler lentement pour un voyage à vélo tout doux 🙂

Dur de gérer les enfants, le changement de mode de vie n’est pas évident pour eux et il y a fréquemment des crises. Martin a souvent été malade. Il est très dur au niveau nourriture, ce qui n’arrange rien. Nous avons pu observer chez eux des phases de régression, des choses qu’ils savaient très bien faire en France ont été comme oubliées… Mais ils apprennent tout de même d’autres choses. Lucas sait faire du stop maintenant ! Ils connaissent quelques mots en espagnol.

Les paysages sont fabuleux ! L’Equateur est en pleine saison des pluies en avril et pourtant, nous avons beaucoup de beau temps et peu de pluie. Les équatoriens sont très gentils, ils nous encouragent depuis le bord de la route, leur pick-up, leur bus ou leur camion ! On peut facilement parler avec eux (quand ils ne parlent pas trop vite pour nous). Les pompiers sont fantastiques, toujours prêts à nous ouvrir leurs portes !

Entre Quito et Cañar, il y avait de nombreux déchets un peu partout. Martin avait fait la remarque : “mais Maman, il y a des déchets partout, ils n’ont pas le droit les gens de tout jeter n’importe où. Il faut mettre à la poubelle !” et Lucas : “il y a quelqu’un qui a oublié son sac jaune”, en parlant d’un sac en plastique. Aux alentours de Cuenca, c’est déjà plus propre, même si ce n’est pas parfait. Il y a souvent des panneaux “ne jetez pas vos déchets”, “protégeons la nature”, “la nature c’est la vie”.

Une surprise : l’eau potable. Elle est de plus en plus présente en Equateur. Même si nous avons notre filtre, c’est bien de voir que des investissements sont faits pour la rendre accessible au plus grand nombre.

La question qui revient le plus souvent : “ce sont des jumeaux ?”. On nous la pose au moins une fois par jour ! La deuxième : “ils coûtent combien vos vélos ?”.

La question la plus surprenante : “elle en pense quoi votre mère ?” au marché à El Tambo.

Nous ne répondons pas à tous vos commentaires, mais nous les lisons tous et nous les apprécions. Ils nous aident à pédaler ! Merci à vous !

Si c’était à refaire ? Nous partirions c’est certain, mais peut-être en commençant par un pays plus facile niveau topographie.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Pierre dit :

    Cette série est bien mieux que GOT !

  2. Geneviève Bonnard dit :

    Denis et moi on vous suit depuis votre départ. On aime lire vos aventures que l’on considère souvent comme des exploits. Même si c’est parfois dur pour les enfants, on voit bien que vous adaptez le voyage à leur rythme. Bonne continuation et merci de nous dire honnêtement ce que vous vivez.

  3. Seb dit :

    Hello les amis !
    Votre blog est très bien placé dans mes lectures du petit déjeuner, avec le décalage horaire, vos articles sont tout juste postés que je les lis déjà ! Ça me donne du courage pour affronter les pistes cyclables lyonnaises !
    Vous avancez moins vite que prévu ? Entre 11 et 14k de dénivelé avec le poids des vélos, des sacs et des enfants, je trouve ça plus que respectable 🙂 Vous avez attaqué votre périple par un pays au relief exigeant, vous vous faites des mollets de compétition là ! Je ne doute pas que quand vous passerez par des régions plus plates, vous filerez plus vite que les bus 😉
    Bonne route, j’attends la suite de vos aventures avec impatience !

  4. Olivier dit :

    Vous en avez du courage! On est de tout coeur avec vous

  5. Cecile dit :

    Quelle aventure !

  6. Pascal & Florence & Lucas dit :

    En tout cas, respect aussi nous on fait pas les 10K de D+ en VAE en 1 mois, et bravo pour ce blog si addictif -)
    Bon courage pour les montées et profitez bien de ces moments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.