05 mars 20 – Barcelone – J336

Le réveil est très difficile pour les parents, pourtant, le téléphone n’a sonné qu’à 08h00… Les enfants, eux, sont impossible à lever… Tant bien que mal, nous quittons l’appartement un peu avant 11h00.

Nous prenons le métro et allons dans le centre de Barcelone. Nous voulons visiter la Pedrera, un immeuble réalisé par Gaudi. Le prix de la visite nous rappelle que nous sommes en Europe, ça fait mal au porte-monnaie. Mais bon, nous voulons découvrir et profiter de Barcelone.

C’est un bâtiment magnifique, le toit est merveilleux. Bref, les images parlent d’elles-mêmes. Nous avons tous des audio-guides, adultes comme enfants. Martin et Lucas écoutent avec attention et nous racontent même ce qu’ils entendent.

Nous sortons tous enchantés et continuons notre balade à pied après avoir trouvée une cache toute proche.

Martin et Lucas commencent à râler… Il est temps de trouver un endroit pour manger. Mais nous faisons d’abord une pause sur une place envahie par des pigeons.

Nous nous sommes décidés pour des tapas. Après quelques minutes de marche, nous trouvons un petit restaurant. Nous nous installons à l’intérieur (c’est 15% plus cher en terrasse). Le serveur arrive et nous demande ce que nous prenons à boire. Nous voulons de l’eau, voilà qu’il nous ramène une (toute) petite bouteille d’eau minérale. Nous demandons celle du robinet mais il nous répond qu’ils n’en servent pas (un des clients en a pourtant un pot sur sa table…). Nous déclinons poliment la bouteille. Nous commandons un mixte de tapas, il y avait la pub dehors mais rien sur leur menu (d’ailleurs, il ne nous a pas amené les feuilles avec les menus, nous n’avons que les plats à la carte). Bref… Nous sommes servis et mangeons. Les enfants sont encore plus pénibles qu’avant, ils s’allongent, se chamaillent… Les parents n’en peuvent plus et se dépêchent de finir pour sortir. Au moment de payer, le serveur tente de nous facturer la bouteille d’eau, un comble !

La fin d’après-midi est des plus difficiles. Martin fait crise après crise, il est tout simplement insupportable. Nous terminons tout de même le petit tour prévu. Nous passons sur différentes places et rejoignons la cathédrale.

Nous longeons les fortifications et arrivons au port. Nous regardons les bateaux mais une averse et le froid qui arrive auront raison de nous. Nous filons vers le métro et rentrons.

Papa va faire quelques courses et achète pour le prochains jours. Mais déception, pas d’avoine instantanée, pas de lait en poudre, les sauces tomates sont dans des pots en verre, les confitures aussi… Il va falloir nous adapter !

Maman aère la chambre intérieure de la tente sur la terrasse. Elle sent fort la bombe. Depuis que nous sommes arrivés, pas de nouvelles des puces. Mais nous avons toujours la sensation que nous nous faisons piquer et ça nous gratte. Nous sommes encore paranos. Reste à voir la première nuit en tente…

Martin voit des photos défilées sur l’écran de l’ordinateur. Il se met à pleurer. Il nous dit qu’il est triste car le voyage est bientôt fini. Il voudrait aussi revoir les gens que nous avons rencontrés et retourner à certains endroits. Nous lui expliquons que ce n’est pas encore fini et que nous allons très certainement revoir beaucoup de monde. Pour ce qui est de l’Amérique du Sud, il y retournera peut-être plus tard. Il aura ainsi l’occasion de repasser là où nous sommes allés et de revoir les paysages et les personnes merveilleuses que nous y avons rencontrées…

Pour la fin de la journée, nous prenons le dîner et comme hier, ne tardons pas à nous coucher. Martin a du mal à dormir, il veut que nous soyons à côté de lui, qu’il y ait de la lumière. Pourtant, son frère est dans le même lit que lui mais cela ne suffit pas. Cela nous rappelle comment il était avant de partir. C’est encore pire… Ça promet pour le retour…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.