26 août 19 – De Sabaya à Coipasa – 36 km (4027 km) – J145

Tout le monde a bien dormi cette nuit sauf Maman, elle est un peu anxieuse de partir dans les salars. Nous ne savons pas encore par où nous allons passer, mais il n’y a pas de raison, ça devrait le faire.

Maman et les enfants tentent d’aller acheter des yaourts mais la tienda est encore fermée. Nous prenons le petit-déjeuner dans la chambre, dehors il fait vraiment froid. Lucas mange de l’avoine et boit un chocolat chaud et un chocolat froid, Martin mange du pain beurre-confiture. C’est bien quand ils mangent le matin !

Nous retournons à la tienda prendre des yaourts en brique pour ce midi et à la maison où l’on trouve du pain. Il n’y en a plus, la femme dit à Maman de revenir plus tard. Maman lui répond que nous allons partir, du coup, elle arrive à obtenir pour 5 bolivianos de pain ! Ouf, c’est peu, mais c’est déjà ça !

Nous préparons les vélos, les gérants voudraient garder Martin ou Lucas. Ils n’ont pas d’enfants et leur proposent de leur léguer la maison s’ils acceptent. Les enfants refusent (heureusement) et nous partons.

Il nous faut déjà trouver le début de la piste qui permet de tracer tout droit au lieu de passer par les différents villages. L’attache du Crosscall que Papa avait recollée recasse, en plus le GPS refuse de fonctionner. Ça commence bien ! Nous finissons par trouver la piste et tout rentre dans l’ordre. Dans l’ensemble, elle est plutôt bonne, nous avançons assez bien.

Voilà 9 km que nous roulons, le compteur affiche 4000 km ! Nous immortalisons cet instant.

Nous repartons. Par moment, plusieurs pistes se présentent devant nous. Nous essayons de voir laquelle prendre à l’aide d’OSMAnd mais nous choisissons aussi en fonction de leur état. Nous remarquons que nous avons raté une bifurcation pour prendre une piste plus directe. Nous tentons de couper mais nous enlisons. Maman part voir à pied son état, c’est sableux, autant continuer où nous étions. Ça ne rallongera pas beaucoup le parcours. Nous nous faisons doubler par des véhicules, nous sommes bien au bon endroit !

Nous profitons de cet arrêt pour faire la pause déjeuner. Il y a du vent, il ne fait pas chaud. Nous mangeons assez rapidement puis nous remettons en route, ou plutôt en piste. Par moment, il y a des morceaux sableux, mais nous réussissons toujours à nous en sortir sans pousser. La limite avec le salar se rapproche.

Ça y est ! Nous voilà sur le salar. Sur l’endroit où nous roulons, il est bien blanc. Maman s’arrête pour faire goûter à Martin le sel. Nous sommes émus, ce n’est pas tous les jours que nous pouvons rouler sur un lac de sel !

Nous faisons un premier test de photo loufoque. Il faut que nous réfléchissions à ce que nous voulons faire !

La piste sur le salar est bonne. Il y a des petites bosses et des trous d’eau, mais c’est assez plaisant dans l’ensemble.

Voilà l’île qui se rapproche. Nous quittons le salar et tout de suite, les choses se gâtent… Vu tout le sable, nous avons l’impression de traverser une plage. C’est rude !

Heureusement c’est court et nous avons déjà Coipasa en vue. Nous allons au centre de santé et demandons s’il est possible d’y passer la nuit. Les infirmières nous répondent que oui mais il va falloir attendre encore un peu que le centre ferme. Pas de soucis, nous allons prendre le goûter en attendant. Nous partons en ville et faisons le tour des tiendas, pas de pain mais nous trouvons des biscuits, des œufs et des pêches au sirop pour ce soir. En chemin, nous parlons avec un local, pour lui, il faut passer tout droit dans le salar, c’est sec sauf la fin. Nous verrons bien…

Nous retournons au centre et nous installons sur un banc. Nous mangeons des bons cookies. Le docteur vient nous voir, nous allons pouvoir nous installer dans une pièce dans le bâtiment annexe. Nous y serons très bien ! Nous installons tout. Les infirmières offrent des biscuits, des fruits et des sucettes aux enfants. Il y a de la musique à l’école, Maman et les enfants vont y faire un tour, c’est l’anniversaire de l’école. Les gens font la fête, autrement dit, ils boivent. Il y a possibilité de manger du poulet et des frites, mais ce soir, nous mangerons des pâtes. Les enfants jouent un peu dans la cour puis nous rentrons.

Nous dînons et les enfants vont se coucher. Tâches habituelles pour les parents puis dodo !

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Papy Christian dit :

    4000km super les jeunes vous avancez bien.
    ce lac de sel est magique
    bisous à vous 💖💖💖💖
    papy Christian

  2. Chris dit :

    Magnifique le salar ! ça donne vraiment envie de pédaler avec vous 😉

  3. JEAN-PAUL dit :

    c’est superbe ….!

  4. Genial de vous suivre dans cette aventure hallucinante en famille!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.