22 octobre 19 – Du Parque Ischigualasto à PK 179 (RN 150) – 78 km (6287 km) – J202

Comme prévu, réveil difficile ce matin… Le vent souffle toujours fort… Papa se lève puis revient annoncer à Maman qu’il a tourné, nous allons l’avoir de face aujourd’hui. Grrr… Maman n’est plus du tout motivée pour se lever du coup 🙁 Les enfants se réveillent à leur tour. Nous prenons le petit-déjeuner avec le moral dans les chaussettes… Nous plions tout mais doucement, sans motivation, tout est plus long…

Tout est plié, nous sommes prêts à prendre la route, Martin et Lucas vont profiter des jeux avant de partir. Quelques dernières photos et nous passons la barrière. Mais Papa est stoppé net, il faut payer le camping !

Nous rejoignons rapidement la RN 150, tournons à droite et commençons à nous battre contre cet ennemi invisible. A force, nous en avons ras le bol… Mais Maman voit un animal sur la gauche, il se dirige vers un mara qui a été écrasé pour en manger un bout. C’est un pichi ! Notre premier ! Youpi ! Bon, comme d’habitude, nous regardons l’animal et Maman ne prend pas de photo, désolés… Ça y est, il nous a vu, il file à toute allure.

Nous continuons notre route, c’est une petite série de montagnes russes. Elle est ponctuée de guanacos, même avec le vent, c’est agréable.

Papa trouve un téléphone portable sur le bord de la route, il a l’écran cassé et plus de batterie mais pourra au pire servir de jouet à Martin et Lucas.

Nous terminons l’ascension, toujours surveillés par des guanacos, ils sont partout !

Voilà la descente qui nous attend ! La route semble superbe et elle l’est ! De temps en temps, nous sommes stoppés net par le vent mais nous nous faisons plaisir ! Nous empruntons les six tunnels pour le plus grand bonheur des enfants. A chaque fois, le vent s’engouffre, là aussi, nous sommes bien freinés. Les roches changent de couleur. Encore une fois, ça fait du bien de voir autre chose que la pampa !

Nous faisons la pause déjeuner à la fin de la descente, nous sommes à l’entrée du parc, un dinosaure nous attend. Le repas est vite pris, ça manque de pain !

Ensuite, nous ne rigolons plus… Revoilà la plaine, ses lignes droites, son vent… Pfff… Nous sommes doublés par un pick-up qui s’arrête juste après. Le conducteur, Eduardo, nous dit qu’il fait souvent cette route. Il a vu il n’y a pas longtemps une famille avec une carriole. Il pensait alors avoir tout vu mais avec nous, c’est la cerise sur le gâteau. Heureusement qu’il n’a pas croisé la Velove Family (avec deux pinos et une carriole) ! Il adore. Il va donner des cours à Huaco et nous propose de le rejoindre là-bas pour nous emmener à San Juan dans sa voiture. Le soucis, c’est que c’est encore loin et qu’il termine entre 21h00 et 22h00. Nous prenons son numéro au cas où mais n’y croyons pas trop… Avant de partir, il nous offre des biscuits, cool !

Le désert se transforme un peu et du sable fait son apparition. Les enfants trouvent le temps long. Après avoir joué aux devinettes, nous mettons un peu de musique, ils finissent par s’endormir.

Nous avançons toujours en direction des montagnes au loin. C’est looooong… Mais nous finissons par les rejoindre.

Il est presque 17h30, nous cherchons un endroit pour bivouaquer. Ce n’est pas évident, il y a des clôtures un peu partout, de la pente et nous ne voulons pas dormir sous la ligne électrique. Nous finissons par trouver un petit coin derrière une clôture ouverte. Nous montons la tente, les enfants ont le temps de jouer. Nous dînons tôt et avons le temps de faire des parties de Uno avant le coucher du soleil. Papa est crevé, il se couche avec les enfants pendant que Maman écrit l’article du jour. Martin et Lucas s’endorment au final quand Maman se couche, comme souvent, il n’y a pas un bruit, le paradis…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.