16 novembre 19 – De Ensenada à Puerto Montt – 68 km (7023 km) – J226

Les voisins ont décidé de mettre de la musique aux alentours de 23h00. Sur le moment, les parents se sont un peu énervés mais finalement, cela ne les a pas empêché de dormir.

Le ciel est dégagé ce matin, nous pouvons même apercevoir le volcan Osorno ! Enfin !

Nous prenons notre petit-déjeuner, nous sommes lents ce matin. Nous regardons toujours où nous pourrions dormir ce soir. C’est bien la première fois que nous nous préoccupons vraiment de notre point de chute. Mais il faut dire que les hébergements sont chers au Chili ! Au final, nous partons sans avoir rien trouvé. Ah si, des bouchons de valve pour Fred ! Juste avant de partir, le vélo de Papa finit par terre sur le parking, et crac, de nouveau des attaches de cassées ! Ce coup-ci, nous n’en avons plus de rechange, il va falloir se débrouiller. Elles tiennent encore un peu, ça devrait faire l’affaire.

Nous partons donc sur la piste cyclable. Le vent s’est levé pendant que nous rangions les affaires. Nous l’avons de côté, il ne nous gêne pas tant que ça. Le volcan s’est de nouveau caché.

Nous longeons le lac mais ne le voyons pas si souvent que ça. De même qu’à Bariloche, c’est une succession de cabañas et de belles maisons. A défaut de trouver un endroit au bord du lac, nous pique-niquons à côté d’une chapelle. Martin met très longtemps pour émerger de sa sieste. Encore un peu et il ratait le repas du midi ! Après notre départ, nous croisons une plage publique au bout de quelques kilomètres, dommage !

Nous atteignons Puerto Varas peu avant 16h00. C’est aussi le moment de la photo des 7000 km ! Lucas n’a pas envie de faire de photo, c’est bien dommage…

Nous bifurquons sur la gauche, direction Puerto Montt. Ici, il n’y a plus de piste cyclable et il y a beaucoup de circulation. Ce n’est pas très agréable. Nous prenons notre goûter à côté d’un centre commercial, il y a une petite boulangerie, nous y achetons quelques petits gâteaux. Nous sommes entourés de créatures bizarres !

Nous nous disons que nous pourrions essayer de camper ce soir au lieu de rejoindre Puerto Montt. Demain, c’est dimanche et tout sera fermé. Mais ce n’est pas évident du tout, il y a du barbelé partout !

Nous tentons la caserne de pompiers d’Alerce mais sans succès. Nous continuons notre route et ne trouvons rien. Nous voilà dans la périphérie de Puerto Montt et nous apercevons notre premier panneau indiquant la carretera austral !

De la même manière qu’à Alerce, nous essuyons un refus chez les pompiers. Nous filons donc vers une maison-hôtel conseillée par le groupe de cyclistes sur whatsApp. La gérante n’est pas là, il nous faut attendre une demi-heure. En face, il y a une autre maison qui propose des chambres. Nous y trouvons une petite chambre, ça fera l’affaire pour ce soir !

Lucas est un peu déprimé, il demande à rentrer en France. Nous sommes tristes de l’entendre dire ça… Peut-être est-il fatigué de sa récente maladie… Espérons qu’avec notre pause à Puerto Montt, ça aille mieux.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fred dit :

    Hey!!
    Toujours impatient de découvrir un nouvel épisode de votre aventure chaque matin 🙂
    Ils sont sympas ces bouchons de valve, avec les yeux rouges en plus : parfait pour l’Ibiza, non ? 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.