16 janvier 20 – De Puerto Natales à l’Estancia Jerónima – 76 km (9004 km) – J287

Pour essayer de ne pas partir trop tard mais se reposer quand même, nous avons mis le réveil à 07h30. Tout se passe bien, tout le monde réussit à se lever, même si Lucas fait son adolescent. Il faut dire qu’il s’est couché tard hier soir…

10h30, nous sommes prêts. Nous disons au revoir à Malo ainsi qu’à Carlos le propriétaire du camping.

Nous décidons tout d’abord d’aller faire les deux caches restantes. Elles sont sur le chemin de toute façon. La première est sous une cabine téléphonique. La seconde est un peu plus loin, juste à côté de jeux pour enfants. Martin et Lucas en profitent.

Puis ce coup-ci c’est bon, nous prenons la Ruta 9 direction Punta Arenas. Nous avons le vent dans le dos, il nous pousse fort. Petit passage où il est de profil et hop, deux sorties de route !

Déjà 30 kilomètres de faits, il est un peu plus de 13h00, l’heure de déjeuner. La route a tourné, le vent souffle fort et de profil. D’un coup, il fait froid. Un abri utilisé par un hôtel se présente à nous. Nous nous y posons épargnés du vent. Pendant que nous mangeons, nous voyons 3 cyclistes passer, ils vont dans le même sens que nous.

Nous repartons bien habillés. Très rapidement, Martin et Lucas s’endorment. Nous rattrapons deux des cyclistes qui se sont arrêtés faire une pause. Il s’agit du couple de canadiens que nous avions rencontré à Cerro Castillo. Ils ont finalement loué une voiture pour aller à Torres del Paine. Ce soir, ils vont dormir dans une estancia. Ils ont rencontré le propriétaire à Puerto Natales et il les a invités à venir.

La route tourne de nouveau, le vent nous est favorable. Ça tombe bien car ça monte. Ici, il n’y a plus de guanacos, seulement des vaches et des moutons.

Quand nous voyons certains arbres, cela semble clair que le vent souffle toujours dans le même sens ici !

La route traverse un petit village. Le passage des arrêts de bus nous fait sourire, c’est blindé de lampadaires fonctionnant avec des panneaux solaires (quand ils sont encore là…) !

Nous roulons, nous roulons. Les kilomètres défilent, déjà 70, mais pas si vite que ça. Quasiment à destination, le compteur nous indique 9000 kilomètres ! Nous sommes heureux mais un peu déçus, nous ne passerons pas la barre des 10000 kilomètres d’ici Ushuaïa.

17h30, voilà l’estancia dont Mickaël nous a parlé. Elle est énorme ! Nous entrons et sommes accueillis par Jaime, un des employés. Nous n’avons rien à dire, il nous demande si nous voulons dormir dans une maison et nous y amène. C’est grand confort ! Nous serons très bien ici.

Nous prenons le goûter, Jaime repasse nous voir. Il nous donne de la salade. Nous le remercions. Nous ne tardons pas à prendre le dîner. Nous voulons nous coucher tôt pour partir tôt demain matin. En plus, cette journée froide et venteuse nous a bien fatigués, du moins les adultes.

Le coucher tôt est un succès mais s’endormir est plus dur. Les enfants n’arrêtent pas de discuter, Lucas chantonne… Dur d’avoir le calme… Nous finissons par y arriver et tomber dans les bras de Morphée.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Cecile dit :

    Vous passez quand même de « on espère aller jusqu’à Ushuaïa » à « on n’aura pas fait 10000 km en arrivant à Ushuaïa » 😊

  2. Elodie et Guillaume dit :

    9000 km ! Quel parcours !! Bravo pour votre persévérance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.