Bilan – Chili – Sud

Cela fait bien longtemps que nous avons quitté le Chili mais il n’est jamais trop tard pour dresser un bilan ! Il concerne le “sud” du Chili, du Cruce Andino au Lago O’Higgins puis de Cerro Castillo au Paso Bellavista.

Des rencontres

Contrairement au nord du pays qui n’était pas des plus fréquentés par les 2 roues sans moteur, nous avons rencontré de nombreux cyclistes. Ils sont nombreux à venir braver les éléments dans cette partie de l’Amérique du Sud.

L’une des plus belles rencontres a été celle d’un brésilien, Edson. Nous avons parcouru plusieurs kilomètres à ses côtés. Très souvent devant nous lors des journées de pédalage, il nous trouvait des spots parfaits et nous réservait des emplacements dans les campings. Nous avons partagé beaucoup de choses avec lui, des fous rires, des trombes d’eau, des repas, des coins du feu, des passages à pied en poussant les vélos, des “operation niños”, la fin de la carretera austral… Toutes ces choses qui rapprochent et qui créent une amitié solide. C’est même plus qu’un ami, aujourd’hui, il fait partie de notre famille.

Le climat

Comment le définir ? “Rude” peut-être…

Nous avons découvert ce que c’est de rouler sous la pluie, celle qui mouille bien et qui dure plusieurs jours sans jamais s’arrêter… Celle qui fait que le moral file tout droit dans les chaussettes !

Nous nous étions plaints du vent auparavant, mais là, nous sommes passés à la vitesse supérieure. Par moment, il nous a même été impossible de pousser nos vélos ! Mais nous n’avons pas pleuré, bien au contraire. Nous étions tellement en train d’halluciner que nous en avons rigolé ! Selon les périodes, il a tout de même été de notre côté, prêt à nous pousser, vers le bout du monde !

A la question “préférez-vous le vent ou la pluie ?”, Maman répond le vent, Papa la pluie. Les enfants eux, préfèrent en premier le soleil ! Puis en deuxième le vent. En effet, quand la pluie tombait, ils se cachaient sous leur poncho et ne pouvaient plus rien faire, même profiter du paysage était impossible…

Le parcours

Nous sommes entrés dans cette partie du Chili via le Cruce Andino. Une frontière un peu hors norme qui nous en a fait voir de toutes les couleurs, pour les paysages et les galères ! Nous n’avions jamais cassé autant de matériel d’un coup ! Mais nous ne regrettons pas notre choix. Les passages en bateau étaient top et même la piste et nos multiples chutes nous laissent un bon souvenir.

Une route mythique : la carretera austral ! Malheureusement, le temps n’a pas été avec nous. Nous n’avons pas pu pleinement en profiter… Mais, les jours de beau temps, nous avons pu découvrir les splendeurs dont regorgent cette région reculée du Chili. Nous avons trouvé cette partie difficile, non pas à cause des pistes ou des dénivelés mais uniquement à cause de la météo ! Pour être honnêtes, cela n’a pas été la partie préférée de notre voyage…

La traversée du parc national Torres del Paine nous laisse un goût d’inachevé. Ces montagnes nous appelaient mais nous n’avons pas fait de trek, il nous faudra y retourner !

La frontière du paso Bellavista, ses pingouins rois et ses guanacos nous ont laissé un formidable souvenir du Chili. Nous ne pouvions pas rêver mieux pour dire au revoir à ce pays magnifique.

La nourriture

Dans la partie Sud du Chili, nous ne sommes pas non plus allés souvent au restaurant… Nous avons énormément mangé des pâtes au thon avec de la sauce tomate. Nous étions en manque de jus de fruits frais comme nous pouvions en trouver en Bolivie ou au Pérou…

Les inattendus

  • Les campings équipés pour la pluie (heureusement pour nous)
  • Avoir autant de pluie
  • Dormir dans une cellule d’une prison (abandonnée)
  • Trouver des refuges aménagés le long de la route
  • Comme depuis le début en Amérique du Sud, les habitants ouvrent grand leur porte !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.