15 septembre 19 – D’Avaroa à Ollagüe – 6 km (4530 km) – J164

Ce matin, c’est presque repos, le réveil ne sonne qu’à 07h00. Ça fait du bien ! Nous prenons notre temps, ce qui énerve Papa et le met de mauvais poil mais tant pis, nous en avons besoin… Nous voyons passer des longs trains de marchandises.

C’est donc à 11h00 que nous quittons l’école. Nous essayons d’aller dépenser et changer nos derniers bolivianos dans les tiendas vers le poste frontière mais tout est fermé. Nous allons donc faire tamponner nos passeports pour la sortie de Bolivie. L’agent de l’immigration offre des bananes aux enfants. Nous traversons ensuite le début du désert pour rejoindre le Chili. La frontière est nette, la route est goudronnée dès que nous passons la borne.

Nous arrivons à l’immigration chilienne. Il n’y a personne au guichet, une personne du contrôle sanitaire nous dit de frapper. Nous nous exécutons, la personne arrive, elle est de mauvaise humeur, nous avons dû la couper dans son repas. Bref, nous obtenons nos tampons d’entrée au Chili.

Nous allons donc à la douane. Idem, il n’y a personne. Ce coup-ci, nous devons attendre que les douaniers aient terminé leur repas. Heureusement, cela ne dure pas trop longtemps. Un douanier arrive, Papa s’occupe de la déclaration des vélos. Le douanier donne des yaourts et des bananes à Martin et Lucas. Ils sont gâtés aujourd’hui ! Maman va chercher des cuillères dans le sac bleu. Aïe ! Une bouteille d’eau était mal fermée, il y en a deux litres dans le sac ! Tout est trempé. Il faut tout sortir pour faire sécher. Au retour de Papa, nous prenons la décision de nous arrêter à Ollagüe pour la journée. Ce sera un peu comme un jour de repos du coup.

Vient ensuite le tour de la dernière étape, le SAG. C’est là qu’ils confisquent la nourriture… Maman a déclaré qu’elle avait des denrées ce coup-ci : des cacahuètes et du quinoa. Pour les cacahuètes, il n’y aura pas de soucis, le sac s’était rempli d’eau, elles sont à la poubelle. Pour le reste, une agent regarde le contenu de quelques sacoches seulement, c’est bon, nous pouvons passer.

Nous arrivons donc à Ollagüe. C’est en fait une petite ville avec essentiellement des trains. Nous nous arrêtons à la première tienda que nous trouvons et nous mangeons des sandwichs et des chips. Nous faisons des courses (la tienda est bien fournie) puis allons vers la station de train pour voir si nous pouvons trouver un abri là-bas. Sur le chemin, nous passons devant les toilettes publiques où nous aurions pu camper mais ils sont fermés. A la gare, on nous dit qu’il n’y a pas de pièce de libre mais ils acceptent que nous campions sur le quai à l’abri du vent. C’est déjà ça.

Nous emmenons les enfants au parc, ils sont ravis. Ils jouent comme des fous. Pendant ce temps, les parents profitent du wifi de la ville. C’est impressionnant, depuis la douane il y en a et il est disponible dans tout le village ! Ça change de la Bolivie tout de suite !

Nous retournons à la tienda pour prendre le goûter. Les enfants profitent surtout de la télévision…

De retour à la gare, nous allions monter la tente quand un agent nous dit qu’ils ont une dépendance dans laquelle nous pouvons dormir. Voilà une bonne nouvelle ! C’est sommaire mais ça suffira amplement. En plus, on nous propose de prendre une douche chaude, le pied ! Nous installons les matelas et allons donc nous laver. Nous profitons ensuite de la cuisine. Nous discutons avec Luis. Il habite dans la gare mais vit à Calama. Il a sa famille là-bas, une fille de 7 ans et un garçon de 4 ans. Il rentre demain car il est en repos 7 jours non-stop à Ollagüe, 7 jours chez lui.

C’est vers la fin du repas que nous apprenons qu’il y a eu un changement d’heure au Chili, ils sont passés à l’heure d’été depuis notre sortie à Colchane. Il n’est pas 20h30 mais 21h30 ! Ouch ! Ça va être dur de se lever tôt demain ! Du coup, Maman se dépêche d’aller coucher les enfants. Ecriture de l’article, rangement et les parents se couchent à leur tour.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fanny dit :

    Vous me manquez 😭
    Gros bisous à vous 4 ❤️

  2. Mamie dit :

    Ne pleure pas Fanny maman est la pour te consoler 😂 je ne dis rien mais mamie est pareille gros bisous à vous 4 ❤❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.