01 décembre 19 – De Puyuhuapi à PK 2 (Ruta X-24) – 60 km (7479 km) – J242

Nous avons mis le réveil tôt pour essayer de profiter de la journée, la météo a annoncé grand beau temps. Et elle ne s’est pas trompé ! C’est grand ciel bleu ! Qu’est-ce que ça fait du bien !

Comme d’habitude, Lucas a du mal à se lever. Nous prenons le petit-déjeuner dans la salle commune et plions toutes nos affaires. Nous sommes prêts uniquement à 10h00. Aujourd’hui, nous quittons Edson, il a décidé de prendre un jour de repos ici, il s’y sent bien. Nous lui disons donc au revoir (et à bientôt) ainsi qu’aux deux italiens, Rafael et Lucas. Lucas se prépare aussi pour partir, il nous rattrapera sûrement.

C’est donc sous un grand soleil que nous quittons la ville. Nous longeons le fjord. Comme d’habitude, la route fait des montagnes russes, nous passons notre temps à monter et descendre.

Assez rapidement, nous arrivons à une zone en travaux, nous évoluons donc sur une piste, mais elle est en bonne état. Nous roulons bien. Nous nous régalons.

Nous retrouvons le bitume avec un passage un peu plus dans les terres. Nous faisons une pause grignotage. Les montagnes enneigées ne sont vraiment pas loin, en nous retournant, nous voyons le glacier Ventisquero Colgante. Les panneaux kilomètres changent de nouveau. Maintenant, ils annoncent la distance de Coyhaique, du coup, ils diminuent. Les distances des différentes sont fausses. Bref, c’est du grand n’importe quoi…

De nouveau, nous retrouvons le fjord et une piste. Il y a un peu de circulation mais c’est très largement supportable. Maman perd Papa et Lucas de vue, elle arrête même une voiture pour savoir s’ils ont vu un vélo en détresse mais les occupants répondent qu’ils arrivent. En fait, Lucas avait oublié de remettre ses gants lors d’une pause et en avait perdu un. Papa a fait machine arrière sur un kilomètre pour le retrouver !

Nous faisons la pause déjeuner un peu à l’écart de la route. Nous avons une pensée pour Edson, nous avions pris l’habitude d’être avec lui pour manger. Heureusement qu’il ne pleut pas, nous n’avons pas vu d’abri-bus ! L’endroit est magnifique. C’est fou tout ce que l’on peut voir avec une vue dégagée… Par contre, nous voyons énormément de camions passer, pourtant nous sommes dimanche.

Au programme de l’après-midi, 600 mètres de dénivelé positif en environ 8 kilomètres et tout ça avec de la piste bien sûr. Quand Marie nous en a parlé à La Junta, elle a évoqué beaucoup de cailloux, de la boue et des glissades. Forcément, nous redoutons un peu la montée du coup. Pour l’instant, nous profitons encore d’un profil tranquille. Lucas nous rattrape et nous double, il voyage avec un sac sur le dos, ça ne doit pas être bien agréable…

Ça y est, nous y sommes. Le panneau annonce 5 kilomètres de montée mais OsmAnd dit 8. En fait, les 5 correspondent aux kilomètres les plus raides. Et en effet, ça ne fait pas semblant ! Heureusement, il y a quelques passages en pente plus douce pour nous permettre de nous reposer un peu. Les épingles sont raides, ça tire sur les jambes. Martin a bien entendu décider de faire sa sieste maintenant. Il finit par se réveiller et pédale un peu. Contrairement à ce qu’on nous avait annoncé, la piste est bonne. Nous sommes contents, nous montons bien.

Ça y est, nous avons terminé les 5 kilomètres ! Youpi ! Mais ça monte encore avec encore quelques bons coups de cul ! Un pick-up nous double et s’arrête, nous discutons un peu. C’est la première fois qu’il voit des vélos comme les nôtres. Il est un peu dur de la feuille, nous devons répéter plusieurs fois ce que nous disons. Le voilà qui repart, nous pouvons finir l’ascension. Nous atteignons le sommet vers 17h30 soit environ deux heures de montée !

Etant donné que la pluie est annoncée pour demain, nous préférons dormir en bas et attaquons donc la descente. Elle est raide mais se fait bien, nous ne glissons pas trop. Nous faisons un arrêt au mirador d’une cascade, Maman et Martin vont l’admirer de plus près pendant que Papa reste avec Lucas qui fait la sieste. Nous en prenons encore plein les yeux ! Aujourd’hui, nous sommes heureux !

La descente est terminée, la piste aussi, nous faisons un petit détour sur la X-24 pour rejoindre un bivouac. Après avoir mis les pieds dans l’eau pour traverser une petite rivière, nous plantons la tente, nous affairons à filtrer de l’eau, lancer le repas et un feu. Le dîner est vite pris. Puis les enfants sont longs à s’endormir (il faut dire qu’il fait jour tard), les parents profitent du feu.

Demain, l’étape devrait être plus courte. Nous allons rejoindre un refuge pour cycliste à Villa Amengual à une trentaine de kilomètres. Espérons que le temps restera clément et que la météo s’est trompée…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.