31 janvier 20 – De Rio Grande à Rio Ewan Sur – 72 km (9621 km) – J303

Nous avions mis le réveil pour ce matin histoire de ne pas partir trop tard. Il sonne donc à 06h00. Les parents se lèvent et laissent Martin et Lucas dormir. Ils prennent leur petit-déjeuner (tranquilles).

Papa va voir sa roue arrière, cela ne fait aucun doute, il a bel et bien crevé ! Maman va lever les enfants pendant qu’il la démonte. Pour détecter la fuite, il se décide à mettre la chambre à air dans l’eau (mais pourquoi n’a-t’il pas fait ça hier ?). C’est beaucoup plus efficace, le trou est vite trouvé, évident même ! Il répare pendant que les enfants déjeunent et écoutent des histoires.

Nous terminons de tout ranger, nous sommes prêts un peu après 08h30. Nous rendons les clés et nous mettons en route. Ce matin, il n’y a presque pas de vent (annoncé à 30 km/h). C’est donc rapidement que nous sortons de la ville par des petites routes. Le retour sur la RN 3 se passe bien, le vent ne nous gêne pas trop finalement, c’est parfait, nous avons bien fait de patienter une journée de plus.

Nous passons le virage et avançons maintenant vent dans le dos et nous allons vite ! En deux heures, nous avons déjà fait 32 kilomètres. Les montées sont des formalités. Nous longeons l’océan, les guanacos veillent toujours sur nous. Nous nous faisons doubler par le couple de cyclistes que nous avions vu en arrivant. Ils ne sont pas très bavards et avaient déjà snobés les enfants quand ils leur avaient parlés à la boulangerie…

Nous faisons une pause grignotage devant un camping de jour, un concept typiquement argentin. Déjà quasiment 45 kilomètres de parcourus ! Mais mauvaise nouvelle, la béquille de Papa a recassé. La soudure n’a pas tenu… Dommage !

Un peu plus loin, un vautour nous passe au-dessus de la tête, magnifique ! Puis nous croisons une cycliste française, Anouk, qui débuté son voyage. Nous lui conseillons le paso Bellavista pour la tranquillité et lui souhaitons un bon voyage.

Cela fait environ 70 kilomètres que nous sommes partis de Rio Grande. Il y a une aire de camping, gratuite, et à côté, un bâtiment avec une ambulance. Bizarre de trouver ça au milieu de la pampa.

Nous faisons notre pause déjeuner. Ça se sent que nous avons manqué de nourriture sur les derniers jours de piste, nous avons plein de choses à manger ! Pâtes, œufs, avocats, tomates cerises, jambon, fromage et pommes ! Un vrai festin ! Tolhuin n’est plus qu’à 38 kilomètres mais les enfants ont envie de camper ici alors nous nous arrêtons.

Nous nous éloignons de la route pour monter la tente, nous serons bien ! Maman fait un feu car il ne fait pas très chaud sans le soleil.

Nous prenons le goûter. Martin coupe du bois pour le feu puis joue dehors avec Lucas. Maman en profite pour faire une petite sieste… Puis il est vite 18h00, heure de préparer le dîner.

Nous mangeons autour du feu et nous couchons tôt ! Demain, le réveil sonnera moins tôt, nous n’avons pas beaucoup de kilomètres à faire pour rejoindre la légendaire boulangerie de Tolhuin !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Romain dit :

    Pouvez-vous nous expliquer le concept de camping de jour ?

    C’est pour y dormir après avoir la fête toute la nuit ?

    • Roulez Doudous dit :

      🙂
      Les argentins adorent faire des barbecues, ils viennent souvent avec une tente pour leur sieste de l’après-midi. Ils viennent profiter des toilettes et des installations.
      Mais pour tout avouer, nous avons du mal à comprendre le principe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.