Bilan – Voyage

Voilà venu le temps de faire le bilan de notre voyage… Mais à peine commençons-nous à regarder les chiffres que quelque chose chiffonne Maman… J348 ? Hum, ça ne colle pas, ça devrait être J349… Aïe ! Il y a deux fois le J109 ! Et cela n’a choqué personne (à commencer par Papa qui relisait tous les articles). Bon, ça y est, les titres des articles du blog sont mis à jour mais ça fout les boules ! Nous avons célébré le J200 et le J300 avec un jour de retard… Ce n’est pas très grave mais tout de même…

Cette petite amertume disparue (ou presque), il est donc temps de faire le bilan… Que dire de ces 349 jours ? Par où commencer ?

Le parcours

Itinéraire

En Amérique du Sud
En Europe

Les kilomètres

Si on nous avait dit que nous réussirions à faire tout cela, nous ne l’aurions pas cru !

Les 500 km (Equateur)
Les 2 000 km (Pérou)
Les 4 000 km (Bolivie)
Les 6 005 km (Argentine)
Les 8 000 km (Chili)
Les 1 000 km (Equateur)
Les 3 000 km (Pérou)
Les 5 000 km (Chili)
Les 7 000 km (Chili)
Les 9 000 km (Chili)
Les 10 000 km (Uruguay)

Les hébergements

Un peu partout, nous avons été accueillis à bras ouverts. Nous n’avons aucun doute : l’Homme est bon. Nous avons tissé des liens très rapidement, c’était comme si nous connaissions toutes ces personnes depuis longtemps… Les quitter était difficile à chaque fois, pour les parents comme pour les enfants.

Casa Ciclista de Juliaca (Pérou)

Matos

Diabolo et Satanas ont été de très bons compagnons de route ! Jamais nous n’avons été bloqués par leur faute. Nous sommes donc ravis d’avoir opté pour ces deux tandems. Si c’était à refaire, nous prendrions les mêmes montures, sans aucune hésitation. Les sacoches ont globalement bien tenu le coup. Le sac duffle est génial mais il n’a plus de fermeture Eclair aujourd’hui…

Le Sajama (Bolivie)

Le réchaud a fait des siennes mais nous ne pouvons pas lui en vouloir. Il a déjà de nombreuses années derrière lui et en plus, il fonctionne toujours malgré tout ! Ravis d’avoir eu le réchaud à bois pour nous dépanner !

Au bord du Lago Titicaca (Bolivie)

Le filtre à eau, indispensable, nous en a fait voir de toutes les couleurs. Une fois le filtre en fibre encrassé, c’est la plaie… Filtrer de l’eau devient vite une tâche très très longue…

Les fermetures Eclair de la tente nous ont fait quelques blagues mais grâce à la collaboration d’Hilleberg, elles sont comme neuves !

Salar d’Uyuni (Bolivie)

Une petite déception concernant notre ordinateur. La carte WIFI déconne à plein tube et le clavier ne fonctionne quasiment plus. Nous allons tenter de faire jouer la garantie.

Pour tout le reste, aucun regret. Les matelas, les couettes, les vêtements, l’appareil photo… Au top ! Qui sait, peut-être ferons-nous un jour un article plus détaillé sur notre matériel…

Le numérique

373 articles (dont celui-ci), de quoi garder une belle trace de ce voyage. Nous avons d’ailleurs décidé de lire un article chaque jour en famille pour nous rafraîchir la mémoire.

14 212 photos et vidéos, soit 220 Go ! Ça en fait des “clic” ! Mais nous regrettons de ne pas avoir fait plus de vidéos.

La santé

Nous étions partis avec une grosse trousse à pharmacie, nous ne voulions manquer de rien, être prêts à parer à toute éventualité (surtout avec les enfants) ! Bilan, nous n’avons pas utilisé grand chose, et c’est tant mieux ! Nous avons peu été malades. Ce qui nous vient à l’esprit en premier, c’est bien sûr notre intoxication alimentaire familiale à Cariamanga, lors du tremblement de terre, mythique !

Caserne de pompiers à Cariamanga (Equateur)

Sinon, pour les enfants : une bonne fièvre pour Martin après avoir mangé une fraise dans un marché à Baños et quelques jours de fièvre et mal de ventre pour Lucas après la route des 7 lacs. Pour les parents en vrac : mal de dents pour Papa, une bonne crève et de l’allergie au pollen pour Maman et pour les deux quelques problèmes gastriques.

Rien de bien grave donc ! Vivre au grand air, ça a du bon !

La douleur au genou de Maman reste le seul bobo non résolu. Tous nos anti-inflammatoires y sont passés. Mais elle n’a jamais eu très mal assez longtemps pour dire d’aller voir le médecin et passer des examens. La seule solution a été de moins forcer et de faire attention. Il faudra retester après cette longue période de repos imposée par la crise sanitaire en cours.

Globalement, si c’était à refaire, nous repartirions avec la même trousse à pharmacie ! Et surtout avec les Steri-Strip pour les bobos de Lucas !

1er bobo à Baños (Equateur)

En vrac

Nous ne jugeons pas mais nous nous étonnons simplement !

Les déchets

Nous avons été un peu blasés par les nombreux déchets jonchant le sol, surtout en Equateur, Pérou et Bolivie. Cela a beaucoup surpris les enfants. Nous nous souvenons de Lucas qui pensait que les gens avaient oubliés leurs sacs plastiques au bord de la route… Ou encore dans le minibus, un passager ayant fini une bouteille d’eau s’est contenté de la jeter par la fenêtre, Martin nous avait alors dit : “mais, il n’a pas le droit de faire ça !”

Peu après La Paz (Bolivie)

Cependant, ils ont vite compris qu’ils pouvaient donner une seconde vie à certains d’entre eux ! Ils se fabriquaient des jeux !

Aujourd’hui, quand nous nous promenons, Martin ramasse les détritus afin de les mettre à la poubelle. Il a commencé à faire ça après avoir vu le sort réservé aux tortues de mer à cause des déchets marins…

L’air

L’air n’est pas toujours facile à respirer, surtout en agglomération ! Les voitures, bus et camions datent d’une autre époque en Equateur, Pérou et Bolivie… L’époque où ils crachaient une grosse fumée noire et puante… Heureusement, nous ne nous attardions pas en ville !

Mais rouler sur les pistes fréquentées n’est pas des plus sain non plus. La poussière levée par les pick-up nous doublant à vive allure est tout simplement une horreur. Il y a même eu des instants, en fonction du vent, où nous étions obligés de stopper car il était presque impossible de respirer !

Parc Torres del Paine (Chili)

Rassurez-vous, celà ne représente pas la majeure partie du temps. Le plus souvent, nous respirions le grand air, à pleins poumons !

La gestion du froid

Nous avons rencontré le froid au Pérou. Là-bas, comme en Bolivie, les maisons n’ont pas le chauffage. Les gens se contentent d’empiler des couches de vêtements et de couvertures. Dans certains hôtels, nous avions l’impression d’étouffer sous leur poids ! Dormir sous nos couettes était bien plus confortable (même si les habitants avaient beaucoup de mal à nous croire…).

Mais la surprise est venue du sud du Chili. Le bois ne manque pas et ils en consomment énormément ! Les poêles sont allumés toute la journée pour chauffer des maisons qui ne sont pas tout du tout isolées.

Pour notre part, nous étions bien équipés et n’avons jamais eu très froid. Nous avons d’ailleurs trouvé la chaleur plus difficile à gérer…

L’eau

La relation avec l’eau n’est pas la même dans tous les pays que nous avons pu visiter.

C’est ainsi que nous avons pu voir des groupes de gens les pieds dans l’eau des rivières les jours de lessive. Ou encore des zones où les voitures étaient carrément dans l’eau pour le lavage (malgré les interdictions) ! Sans parler des poubelles qui traînent là comme ailleurs ou des jardins arrosés à outrance…

Huancayo (Pérou)

En parallèle, nous avons assisté au combat des populations contre les exploitations minières. Elles s’installent et s’accaparent l’eau au détriment de l’agriculture et de la vie locale. “Agua Sí ! Mina No !”.

Blocage routier à Santa Rosa (Pérou)

Nous avons été agréablement surpris de voir les efforts faits pour fournir l’accès à l’eau potable, notamment en Equateur ! Au Chili et en Argentine, aucun soucis, c’est quasiment comme à la maison. Nous buvions l’eau du robinet presque partout.

Nous avons tenté de sensibiliser les enfants sur l’importance de l’eau. Quand en plein désert, ils ont vidé une gourde pour laver des cailloux, nous étions comme fous mais eux ne comprenaient pas… Ont-ils vraiment compris que c’était une ressource précieuse ? Ce n’est pas sûr. Peut-être sont-ils trop jeunes, peut-être n’ont-ils pas assez manqué… Ils ont tout de même assimilé que l’eau du robinet n’est pas forcément bonne à boire. D’ailleurs, au moment du lavage de dents à Saint-Egrève, ils nous ont demandé s’ils pouvaient boire l’eau courante !

La vie de famille

Nous avons pu découvrir une nouvelle vie. Finie la routine “lever, école, boulot, manger, dormir” ! Mais pour être honnêtes, elle a juste été remplacée par une autre : “lever, pédaler, s’émerveiller, manger, dormir”, modulo monter et démonter la tente. Mais quel plaisir cette routine ! Nos interrogations quotidiennes étaient : “Où allons-nous aujourd’hui ?”, “Qu’allons-nous manger ?”, “Où allons-nous dormir ?”, “quels animaux va t’on croiser ?”…

Il y a eu des moments difficiles mais nous sommes conscients d’avoir vécu un rêve, notre rêve…

Notre arrivée à Ushuaïa (Argentine)

Vous avez pu le lire dans nos différents articles, être H24 ensemble n’a pas tous les jours été facile… Nous avons mis un moment à trouver nos marques. Mais avec le recul, nous avons surtout passé des moments exceptionnels en famille !

Laguna Huachacocha (Pérou)

A lire les blogs, les voyageurs disent souvent avoir changé grâce (ou à cause) du voyage. Pour notre part, les parents, nous n’avons pas l’impression d’être transformés (même si reprendre nos vies d’avant ne nous enchante guère…). Pour ce qui est des enfants, c’est autre chose. Ils semblent avoir plus d’assurance et plus de caractère (hum, est-ce une bonne chose ?). Ils sont également devenus inséparables. Attention, cela ne veut pas dire qu’ils ne se chamaillent pas, bien au contraire. Ils sont très complices et toujours en train de se défendre l’un l’autre (ou de se battre).

Salar de Carcote (Chili)
Lago Nahuel Huapi (Argentine)

Nous espérons que ce voyage leur aura montré l’importance de la simplicité, de la bienveillance et de la générosité. Comme disait un ours bien connu : “il en faut peut pour être heureux” !

Un prochain voyage ?

Les seules limites que nous avons sont celles que nous nous fixons. Nous avons tous envie de continuer à découvrir le monde (Martin et Lucas les premiers) !

C’est donc certain, il y aura un autre voyage ! Nous ne savons pas encore ni où ni quand mais nous savons que ce sera à vélo !

Salar d’Uyuni (Bolivie)

Vous aimerez aussi...

29 réponses

  1. Béatrice dit :

    Merci de nous faire partager cette expérience. Quelle aventure!

  2. Hugues dit :

    chapeau ! mon rêve est de relier Cuzco à San Pedro de Atacama, cette fois en vélo – bien plus modeste que votre périple.

  3. Fanny dit :

    Merci pour ce beau témoignage de voyage en famille. Impressionnant !!!! Et encore merci de nous avoir permis de voyager avec vous à travers vos récits !!!!

  4. Emilie dit :

    Joli voyage. Merci de nous avoir fait partager cette belle aventure familiale
    Bisous

  5. Mamie dit :

    Que de bons souvenirs que vous aurez en mémoire avec toutes ces photos et ces vidéos que vous avez prises , les enfants seront contents de vous entendre parler avec eux de se voyage si magnifique que de souvenirs y vont avoir .
    On attend avec impatience de vous revoir .
    De grooos bisous de mamie 😘😘❤️❤️

  6. Nicolas dit :

    Génial cet aventure!! mais, je voudrais savoir pourquoi avez vous choisi des tels noms pour vos vélos? Vous avez eu une raison pour éviter la Colombie ou c’était juste une question de logistique? Merci pour le partage!

    • Roulez Doudous dit :

      Nos vélos s’appellent Diabolo et Satanas en rapport avec le dessin animé les fous du volant 🙂
      Nous aurions aimé aller en Colombie (surtout que beaucoup de cyclo nous ont dit avoir adoré) mais ça n’allait pas avec les saisons et ça faisait partir un peu trop au nord.
      Ce sera peut-être pour un prochain voyage !

  7. Mickael C. dit :

    Encore merci pour nous avoir fait partager cette belle aventure ! C’était sympa ce rdv quotidien. Pas de livre de prévu ?

  8. Mathieu dit :

    C’était génial de vous suivre tous les jours, j’étais impatient de lire les blogs tous les matins.
    Merci pour ce magnifique partage et vous recommencez quand vous voulez …. on voyage avec vous

  9. Christophe dit :

    Merci et Bravo pour cette magnifique Aventure ! On en a pris plein les yeux, d’ailleurs les photos que vous avez mis sur ce bilan sont juste magnifiques ! Heureux de voir que cela vous donne envie d’y retourner, en plus les enfants pourront plus pédaler et soulager les genoux des anciens 😉

  10. Catherine dit :

    Quelle extraordinaire aventure. Cela fait rêver… Bravo à vous pour avoir eu la force de vous lancer.

    Allez-vous la présenter quelque part, j’ai vu St Egrève et suis donc intéressée?

    Bonne continuation en tout cas, au plaisir de vous suivre

    • Roulez Doudous dit :

      Nous espérons faire une présentation mais nous ne savons pas encore quand (avec la crise, mieux vaut éviter pour le moment). Mais ce sera sûrement sur le Plateau des Petites Roches 🙂

  11. Aurélie dit :

    Je découvre votre blog avec ce bilan, et il me donne bien envie d’aller découvrir le reste de vos articles. Vous avez l’air d’avoir fait un superbe voyage, il me fait rêver !

  12. Emilie et David dit :

    Encore bravo pour vous être lancés, et pour avoir tenu le rythme d’un article par jour, c’était passionnant de vous suivre au quotidien ! (et on était passés à côté du double 109 😉)

  13. Pierre dit :

    Merci beaucoup de nous avoir fait partager cette belle aventure !

  14. Linda dit :

    Félicitations pour cette extraordinaire aventure familiale !! Bravo pour l’accomplissement sportif et je ne doute pas que les bonheurs quotidiens ont amplement compensé vos efforts. Vos enfants garderont ce voyage dans leurs tripes, comme vous ! Au plaisir d’en discuter… un jour !

  15. Arnaud dit :

    superbe aventure, belles photos , très agréable à regarder, beau partage
    un grand bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.