24 décembre 19 – De la frontière au Lago del desierto Norte – 5 km (8263 km) – J264

Joyeux anniversaire Tonton Pierre !

Maman ouvre les yeux à 6h00, il pleut… Elle espère que ça va s’arrêter et se rendort. Nous n’avons pas mis de réveil et nous réveillons à 8h20. Dehors, il pleut toujours. Si ça ne s’arrête pas, la journée va être encore plus compliquée que prévue…

Nous prenons notre temps et avalons notre petit-déjeuner. La pluie semble vouloir cesser. Papa sort faire la vaisselle, Maman entend parler en espagnol dehors. Des hommes viennent d’arriver à côté de la tente. Papa leur parle et vient nous dire que ce sont les gendarmes argentins. Ne nous voyant pas arriver, ils se sont inquiétés et sont venus voir ce qu’il en était. Ils sont montés à cheval et en ont un en plus. Ils proposent de nous prendre des sacs pour nous aider. C’est vraiment super sympa de leur part ! Du coup, nous nous pressons de tout ranger et leur donnons le sac jaune et le bleu ainsi que les deux sacoches rouges, les plus lourdes, à défaut des enfants qui ne veulent pas monter sur le cheval. Voilà qui allège grandement nos vélos !

C’est parti pour l’aventure et sans la pluie ! En quoi consiste cette journée ? 6 kilomètres de sente, beaucoup de boue, des rivières à traverser, des tranchées à passer. Ça va être fun ! Papa choisit de partir en chaussures de vélo, Maman opte pour les sandales et le short. Dès le début, nous passons dans la boue, la petite roue avant des pino enfonce jusqu’au moyeu, ça annonce la couleur pour la suite. Les enfants sont ravis, ils marchent sans se plaindre. Un pic-rouge nous souhaite bon courage !

Nous poussons les vélos, heureusement pour nous, ils sont moins chargés que d’habitude. Comme prévu, nous traversons des rivières avec ou sans “pont”. Nous portons les vélos selon le niveau d’eau (parfois au-dessus du genou) ou pour passer des troncs d’arbre en travers du chemin. Les enfants marchent et traversent seuls quand ils le peuvent, sinon ils se font porter.

Nous avançons tout doucement, régulièrement, nous faisons des pauses biscuits pour nous reposer. Nous passons à côté d’un premier lac. Nous affrontons des passages vraiment difficiles mais au final, nous trouvons que c’est plus facile qu’hier, surtout plus varié, plus ludique.

Nous croisons deux français. Ils avancent vite et ont déjà fait le sentier le long du lago del desierto avec leurs vélos faute de bateau. Ils espèrent avoir un bateau pour rejoindre O’Higgins mais risquent d’être déçus, normalement, il n’y en a pas aujourd’hui, ni demain. Puis nous croisons un allemand avec une remorque. Il a du mal, avance doucement. Ce n’est pas facile tout seul et les deux français ne sont pas restés pour l’aider !

Nous persévérons, heureusement, nous bénéficions d’un profil descendant. Soudain, les enfants crient. Ils sont super contents, nous voyons le deuxième lac. Il ne nous reste plus qu’un seul kilomètre à parcourir. Un bateau arrive au loin.

Les vélos sont plein de boue. Une dernière rivière et nous attaquons l’ultime descente.

Les gendarmes viennent à notre rencontre. Ils se faisaient du soucis et allaient partir nous rejoindre. Enfin, c’est fini. Nous avons mis 6 heures pour faire les 6 kilomètres. Ce n’est pas si mal. Les gendarmes nous ont fait un beau cadeau de noël en nous prenant nos sacs, nous ne sommes pas certains qu’ils fassent ça si souvent ! Nous sommes vraiment fiers de Martin et Lucas ! Bravo à eux !

Nous faisons les formalités d’entrée en Argentine. Demain, c’est le 25, il n’y aura pas de bateau, si nous restons, c’est jusqu’au 26. Nous décidons quand même de rester camper ici, nous sommes fatigués et serons bien dans la tente pour Noël. Nous regardons donc le bateau partir, des gendarmes sont à bord, ils vont rejoindre leur famille pour les fêtes. Il n’y a pas eu de bateau hier après-midi depuis O’Higgins, nous ne verrons donc pas Edson pour Noël, nous sommes déçus.

Nous installons la tente et ne traînons pas pour dîner. Il se met à pleuvoir, bon timing !

Avant d’aller nous coucher, nous installons nos chaussures sous le sapin pour que le Papa Noël ne nous oublie pas.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Olivier dit :

    Et vive l’argentine !
    Vous débutez bien l’année !

  2. Mathieu Frey dit :

    Votre aventure est passionnante
    Maintenant en mode Warriors dans la jungle ….
    Bon courage, je vous lis tous les jours

  3. Thierry dit :

    Voilà un morceau légendaire de la patagonie derrière vous. Bravo!

    Bises

  4. Christophe dit :

    Wahou c’est l’Aventure là ! joli morceau en guise de repas de réveillon ! Bravo pour ce parcours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.