01 janvier 20 – De RP 23 (PK 6) au Rio La Leona – 80 km (8465 km) – J272

Bonne année !!! Nous vous souhaitons plein de bonnes choses, et qui sait, des beaux voyages !

Le réveil sonne à 08h00 et nous sort des bras de Morphée. Le soleil tape sur la tente, il fait déjà chaud. Nous prenons le petit-déjeuner, la journée ne commence pas très bien, Martin est insupportable et insolent. Il embête son frère et nous rit au nez. Cela se finit bien sûr en larmes. Nous plions tout et prenons la route un peu avant 11h00.

Comme hier, le vent ne nous est pas favorable mais nous rejoignons assez vite la Ruta 40, il n’y avait que 6 kilomètres à faire.

Nous voilà partis sur cette fameuse route que nous avons quittée il y a quelques mois. Comme avant, nous avons le vent dans le nez, il y a de grandes lignes droites. Nous avons presque l’impression d’être revenus en arrière. Mais sur la droite, nous avons toujours la chaîne de montagnes.

Nous arrivons à un point de vue sur le lac Viedma et les montagnes qui le dominent. Deux renards squattent l’endroit, ils espèrent sûrement de la nourriture de la part des touristes. Un motard vient vers nous, c’est celui qui était rentré dans la cabane de Jorge sur la carretera austral. Nous discutons un peu puis c’est une famille française qui vient nous voir. Ils sont en vacances pour deux semaines et vivent au Brésil. Le point de vue se vide, nous reprenons notre route.

S’en suivent quelques lignes droites dans la pampa. Nous sommes bien loin de la carretera austral maintenant, même avec le vent, il fait très chaud !

Nous prenons le déjeuner au bord d’un autre mirador. Nous n’avons fait que 25 kilomètres mais espérons bien avancer aujourd’hui. Lors de notre départ d’El Chaltén, la météo annonçait de la pluie jeudi (donc demain).

Le vent tourne peu après notre reprise, il pousse moins qu’hier mais nous ne crachons pas dessus. En plus, ça descend, nous réussissons à avancer pas mal !

Nous passons une maison abandonnée, il est trop tôt pour s’arrêter, nous pouvons encore rouler. Il est 15h30, il y a un pont au-dessus d’un rio avec des endroits bien plats pour poser la tente, il est dans 30 kilomètres, cela nous semble faisable.

Mais ces 30 kilomètres commencent par une côte, seulement 150 mètres de dénivelé mais avec la chaleur, ça fait mal. Nous prenons le goûter peu de temps après la montée, il est 16h30, il ne reste que 18 kilomètres. Un nandu est en train de manger pas loin de nous. Ce n’est pas le premier que nous voyons, ici, il semble y en avoir partout.

Une belle descente puis mauvaise surprise, le vent a un peu tourné, il ne nous aide plus du tout, il est de côté et fort. Ça risque d’être plus long que prévu… Après une petite côte, nous découvrons le Lago Argentino, il est d’un bleu turquoise, exceptionnel ! Nous en oublions presque le vent (presque hein…).

Tiens… Le vent a de nouveau un peu tourné, il est presque en notre faveur, ça fait du bien. Du coup, nous avançons bien. Soudain, Martin demande à Maman : “c’est quoi ça ?”. Un tatou, là, juste au bord de la route ! Maman freine, sort l’appareil photo mais une voiture arrive en face et nous fait coucou en klaxonnant. L’animal a peur et s’enfuit. Il creuse un trou pour tenter de s’enterrer !

Nous sommes maintenant au niveau du Lago. Un panneau nous annonce du vent avec un arbre. C’est marrant car ici, il n’y en a pas, des arbres. Au loin, nous apercevons le pont, plus que 2 kilomètres !

A notre arrivée, il y a du monde. Une première famille part. Les enfants vont jouer avec des enfants, en même temps, ils se font nourrir. De notre côté, nous discutons avec Alejandro qui est là avec sa femme et son bébé, Mora. Ils habitent Calafate et espèrent nous revoir là-bas pour partager un repas. Nous leur disons où nous comptons camper, ils passeront sûrement nous voir. A leur départ, ils nous offrent des oranges, des pommes et de l’eau, super gentils ! C’est ensuite au tour de l’autre famille de partir. Walter, le père, offre du jus de fruit aux enfants et offre du cidre frais aux parents, pour souhaiter la bonne année ! Waouh, nous sommes gâtés !

Le cidre, les jus de fruits, les pâtes et les pommes sont vite avalés. Les 80 kilomètres de la journée nous ont épuisés, nous n’attendons pas le coucher du soleil pour aller nous coucher. Surtout que demain, nous voulons partir tôt afin d’éviter d’avoir trop le vent de face pour rejoindre El Calafate.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Mickael C dit :

    Bonne année à vous ! Je vois que vous avez eu droit à un sacré repas de fête 🙂

  2. Emilie et David dit :

    Que de souvenirs avec ces photos ! Nous avions croisé un renard au même endroit 😊

    Bonne année à vous 4 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.