07 février 20 – Parque National Tierra Del Fuego – 6 km (9820 km) – J310

Nuit très tranquille mais réveil humide ! Non, il ne pleut pas mais il y a énormément de rosée ! Nous nous levons en douceur, prenons le petit-déjeuner. Nous discutons avec notre voisine française, traînons… Deux cyclises allemands quittent le camping, ils nous disent nous avoir vus à Puerto Natales. Ils nous trouvent inspirants pour plus tard (ils n’ont pas encore d’enfant). Papa leur dit de ne pas se presser et d’en profiter ! 😀

Une fois prêts, nous prenons les vélos et allons faire un tour. Il est déjà plus de midi !

Direction la fin de la ruta 3. Ce n’est pas très loin du camping. Une fois là-bas, nous emmenons le pique-nique et allons faire une petite balade à pied. Nous avons eu une bonne idée car le mirador est blindé de monde ! En effet, les bus déversent des touristes… Nous prenons le déjeuner dans une crique.

Des gens arrivent, ils parlent français. Nous discutons un peu et il s’avère que l’un d’eux vient du Touvet ! Il est venu rendre visite à des amis. Nous terminons la balade avec eux. Martin et Lucas sont contents de passer du temps avec d’autres enfants.

Léger traumatisme argentin…

Nous reprenons les vélos pour nous rendre à la castorera. Malheureusement, nous ne verrons pas de castors. Nous voyons seulement les ravages faits par ces derniers. Les hommes les ont introduits dans le parc espérant vendre leur fourrure. Ce commerce n’a jamais marché et faute de prédateurs, les castors se sont fait plaisir. Aujourd’hui, ils en capturent certains pour diminuer leur nombre…

Nous rentrons prendre le goûter à la tente. Les enfants mettent les pieds, voire les pantalons, dans l’eau… Nous sommes bien ici.

Nous enchaînons sur une promenade à pied. Elle est juste à côté de notre camping. Elle nous conduit à la Laguna Negra qui est en fait une tourbière.

Nous sommes de retour à la tente. Nous avons la visite des gardes du parc, ils vérifient les permis de camper (gratuit avec l’entrée). Des nouvelles tentes sont montées, quelques personnes sont arrivées. Les enfants font le tour. Des jeunes, sans mauvaise intention, les font jouer avec leurs piolets et leurs casques. C’est gentil à eux mais ce n’est pas la meilleures de idées… C’est tout de même un peu dangereux pour Martin et Lucas de jouer à les planter dans l’herbe… Maman va récupérer les enfants et nous prenons le dîner.

Les gardes qui étaient passés à pied font maintenant discrètement le tour en canoë.

Sur ce, nous allons nous coucher. Maman est crevée, son allergie lui joue de nouveau des tours… C’est pénible…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.